L’alcoolisme est une maladie (addiction) pas une honte

Addictmag-alcoolisme-selincroLe plus dur, c’est d’avouer. A soi d’abord, aux autres ensuite. Il peut se passer de longues années avant que le déclic ne se produise. Un temps durant lequel l’alcool poursuit ses ravages. Là lorsqu’il est déjà tard, que les désordres sociaux ont commencé et pèsent déjà beaucoup (perte d’amis, divorce, rejets divers, problème sinon perte d’emploi, etc.). La grande faute est liée à la stigmatisation de cette maladie qu’est l’alcoolisme. Justement parce qu’elle est davantage considérée comme une faiblesse que comme une maladie à part entière, au même titre que le diabète ou l’hypertension. Une maladie qui se soigne. Le médecin généraliste François Liard l’exprime par une image : « S’attaquer à l’alcoolisme, c’est s’attaque à une montagne parce que « officiellement », la maladie n’existe pas. »
C’est évidemment faux. La dépendance à l’alcool est une maladie neurobiologique qui touche
environ 2 millions de personnes en France. C’est une maladie chronique du cerveau pouvant engager le pronostic vital du patient. La dépendance à l’alcool se caractérise d’abord par une perte de contrôle de la consommation liée à un déséquilibre des circuits cérébraux de la récompense. Cela conduit le patient à poursuivre sa consommation d’alcool, même s’il est conscient des dangers encourus. Le besoin de calmer son mal-être prend l’ascendant.

Lire la suite

La consommation de drogues diminue lorsqu’elles sont dépénalisées…

Changement-de-la-législation-dans-les-Coffee-shop-au-Pays-BasLa dépénalisation des drogues au Portugal a eu un effet semblable à celui de la psychologie inversée. Comme l’usage n’est plus interdit, on ne perçoit plus de bénéfices à la consommation de la drogue et les personnes sont davantage conscientes des conséquences et dangers éventuels. D’un point de vue global, la consommation de drogues chez les jeunes de 15 à 24 ans a diminué. Les taux d’infection par le VIH parmi les consommateurs de drogues injectables ont été réduits à un rythme soutenu et le problème est devenu plus facile à gérer qu’au sein de pays ayant des taux élevés. En outre, les décès liés à la consommation de drogues ont sensiblement chuté comme le montre le tableau suivant de Transform Drug Policy Foundation : Comme le fait remarquer le journaliste Zeeshan Aleem de Mic.com, la solution portugaise n’est pas un remède mais ce n’est pas non plus une catastrophe. De nombreux partisans de la décriminalisation et de la légalisation ont salué les résultats du Portugal. Le gouvernement a véritablement freiné le processus d’« intoxication » ayant lieu dans la population depuis plusieurs décennies et la réalité portugaise a le mérite d’élargir le débat en vigueur sur la dépénalisation des drogues.

Relations hommes/femmes, sus aux idées fausses

Addictmag.info-accro-addict-saint-valentin-stephanie-hahusseau-psychologue-relations-hommes-femmesSaint-Valentin oblige, un petit point sur les hommes (pour les femmes) expliqué par le psy dans un livre accessible et efficace.
Il est en colère parce qu’on a embouti sa voiture. C’est normal, c’est la faute au contexte.
Elle est en colère dans la même situation ? C’est une enquiquineuse, c’est dans sa personnalité.
Quand cessera-t-on de diviser et de différencier les émotions des hommes et des femmes ?
Quand cesserons-nous de penser que les émotions sont uniquement affaire de femmes (les femmes ne seraient pas rationnelles !) alors que les hommes aussi ont des émotions?
Quand cesserons-nous de véhiculer des idées fausses qui compliquent le bien-être des hommes et des femmes, et qui nuisent gravement à leurs relations ?
C’est en comprenant mieux les émotions des uns et des autres, en apprenant à fonctionner différemment, en étant plus responsable et plus attentif, sans honte face à ses émotions et à celles de l’autre sexe, que l’on pourra améliorer notre bonheur de vivre ensemble. C’est la démonstration faite par Stéphanie Hahusseau, médecin psychiatre, psychothérapeute intégrative, spécialiste des émotions. À Toulouse, elle partage son activité entre les consultations et l’écriture. Ses précédents livres Tristesse, peur, colère. Agir sur ses émotions, Comment ne pas se gâcher la vie et Petit Guide de l’amour heureux ont été de grands succès.

50 nuances de BDSM

Addictmag.info-50 nuances-de grey-accro-sado-maso-bdsmDes clubs spécialisés, la mode et la pub s’étaient déjà emparés du phénomène BDSM (Bondage Discipline Sado-Masochisme). Avec le film issu du livre du même nom (50 nuances de Grey) ce n’est plus une tendance mais un tsunami. Comme si le monde entier attendait l’autorisation de s’acheter une cravache et des menottes… Le BDSM se démocratise et se médiatise tant à la télé et radios, que dans la presse écrite et bien sur, sur le Net. D’ailleurs, le film très attendu « 50 Nuances de Grey » qui sort le 11 Février, nous conte les amours sado-maso entre une jeune fille innocente, Anastasia Steele, et un millionnaire arrogant, Christian Grey. Un pitch digne d’Harlequin exceptionnellement revêtu de cuir et de latex. Peu importe, l’important reste bien de constater l’engouement incroyable et mondial pour la saga littéraire à succès écrite par E.L James, puis pour le film éponyme. Il semble bien qu’une bonne partie de la planète soit accro aux fantasmes sado-maso… L’occasion notamment de découvrir pour certains qu’il s’agit d’un plaisir (comme toutes les substances et attitudes addictives), qui peut être très « cérébral » et qui n’a rien à voir avec une agression ou une violence. Ce plaisir relève plutôt de la découverte de nouvelles sexualités, de jeux de rôles ou d’échanges de pouvoirs érotiques. Les règles y sont strictes et doivent respecter l’individu et son plaisir. Et comme pour tous les plaisirs ou produits qui font du bien, qui soulagent, l’excès peut mener à l’addiction. Pour celles et ceux qui souhaitent s’initier, certains sites spécialisés fleurissent sur la toile, dont le très pédagogique et bien nommé ouille-ouille.com qui lance cette année une plateforme destinée aux internautes désireux d’en savoir plus sur  cette nouvelle tendance qu’est le BDSM. A l’occasion de la sortie dans les salles du premier chapitre de la saga « Cinquante Nuances de Grey », Ouille Ouille propose de revivre les meilleurs moments du film avec différentes offres tournées vers le plaisir, l’érotisme et le fantasme.

Addictions, le spot « juste »

Capture d’écran 2015-02-03 à 11.44.00Une association de lutte contre les addictions, un labo pharmaceutique et une école de cinéma s’associent pour prévenir les jeunes des dangers des substances psychoactives. Le résultat en un film de 1,38’. Le scénario vient des jeunes, le message passera peut-être mieux.
Voir le film ici
Lire la suite

Mr Selfie c’est nous !

addictmag.info-selfie-accro-smartphoneTous accros aux portables, ça c’est sûr. Addicts aux selfies c’est en cours. Un vidéaste anglais le démontre en deux minutes avec son « Mr Selfie », incapable de se séparer de son smartphone depuis le levé jusqu’au couché. Sa journée n’étant consacrée qu’à ses selfies, qu’il poste sur Facebook. Morale de l’histoire, Mr selfie est incapable de profiter de ce qui l’entoure. Des gens qui l’entourent, autant que de l’instant présent. Voir la vidéo.

Trois questions à Clémence O. Dans le monde du 2.0, les femmes ont les pleins pouvoirs

Portrait of attractive sensual young woman in black lingerie on bed with maskComment l’idée d’un tel roman vous est-elle venue ?
Ce roman est à la fois une histoire d’amitié, d’amour, mais également une plongée introspective au plus profond de mon « moi » qui, je suppose, avait besoin de s’exprimer sur papier. J’ai mis assez longtemps à mûrir l’histoire, à appréhender la manière de la raconter, de la romancer. Par contre, je dois avouer qu’il me serait difficile, même a posteriori, de comprendre le mécanisme d’écriture qui a été propre à ce premier roman. Le soir, pendant la période précédent l’endormissement, des phrases ou encore des paragraphes entiers jaillissaient dans mon esprit. Si les idées étaient trop envahissantes et m’empêchaient de sombrer dans le sommeil, je me levais pour les écrire sur l’ordinateur. J’avais besoin d’expulser ce roman, ce pan de ma vie, afin de tirer un trait dessus et pouvoir ainsi passer à autre chose, avancer. Lorsque j’ai rencontré César (le personnage principal du roman outre le narrateur !), j’ai vu en lui ce que j’avais pu être jusqu’à mes 25 ans, une personne timide, mal dans sa peau, emplie de doutes et engoncée dans une vie plus subie que réellement vécue. C’est avant tout cette relation amicale et cette osmose spirituelle qui s’est peu à peu nouée entre nous que j’ai souhaité raconter. Le fait de l’avoir converti et perverti aux rencontres en ligne me semblait une bonne façon d’apporter au roman une certaine dimension sociologique afin de montrer à quel point cette nouvelle forme de rencontre a bouleversé en profondeur les rapports humains, qu’ils aboutissent à une relation sexuelle ou non. S’immiscer dans le cerveau d’autrui en jouant les Cyrano de Bergerac de mon cher César pour le laisser profiter des corps fut une expérience rare et jouissive qu’il m’a semblée opportun de partager par le biais de ce roman.
Lire la suite

Alors, on vapote ou pas ?

cigarette-electroniqueLa E-cig fait encore débat. Une nouvelle étude, publiée mercredi 21 janvier dernier par l’université d’Etat de Portland, dans l’Oregon (USA), affirme que la cigarette électronique serait entre 5 et 15 fois plus cancérigène que le tabac classique. La cigarette électronique dégagerait, en effet, beaucoup plus de formaldéhyde, un cancérigène déjà présent dans la cigarette classique. Néanmoins, d’autres scientifiques mettent ces résultats en doute. De fait, le formaldéhyde se formerait une fois le liquide contenu dans la cigarette électronique chauffé au maximum, ce qui, dans les faits, est totalement infumable… Alors on vapote ou pas ?

Jamais sans leur smartphones

Addictmag-jeunes-ecrans-addiction-accroSelon une étude américaine réalisée à la demande de Bank of America, pour les jeunes, le smartphone est aussi important que le déodorant ou la brosse à dent. Un sur deux déclare même ne pas pouvoir survivre à une journée sans smartphone… Il y trois ans, Médiamétrie publiait déjà des chiffres alarmants : 60 % des jeunes de 15 à 24 ans qui utilisaient un mobile étaient équipés d’un smartphone. Un chiffre supérieur, à l’époque de 15 points à la moyenne observée dans l’ensemble de la population… Comment seront les jeunes dans trois ans ?
Addictmag.info-medias-95

Fumer tue, mais avec le sourire

addcitmag.info, fumer tue, addiction, accro, cigarette, tabacAlors que les organismes officiels se « plantent » régulièrement dans les spots de prévention, avec sa cigarette du matin, « The evening cigarette », Matthieu van Eeckhout fait mouche. Une série de 10 spots de 1 minute chacun qui vaut toutes les campagnes anti-tabac. C’est loufoque, absurde, drôle, excellemment dessiné et au final très efficace. Toujours le même départ, un fumeur face à un beau couché de soleil qui fume tranquillement et qui jette négligemment son mégot. Petit geste, grandes conséquences… Une manière humoristique de montrer (démontrer) que fumer tue. La série coproduite par France Télévisions et la société de production Fablabchannel, est actuellement diffusée sur France 4 et soutenue par La ligue contre le cancer.

 

 

Moi César, sex-addict des cyber-rencontres

Addictmag-clemence o.-tumeuramoureuse-addiction-internet-sexeAttention, livre dangereux (ou salvateur) ! « Z. Tumeur amoureuse » montre et démontre, si besoin était, (Eros et Thanatos) que l’amour peut tuer. Surtout s’il est pratiqué via notre vecteur majeur : Internet. Avec le web tout devient exponentiel. L’amour et pire, le sexe. Quand le web et ses rencontres multiples, faciles, trop faciles s’en mêlent les coeurs et les esprits s’emmêlent. Certains deviennent accros à ces jeux. Addicts au sexe facile et sans lendemain. Mais pour certains esprits, mal préparés, ces connections peuvent être fatales. Clémence O. (anonyme c’est sûr, pseudonyme, peut-être) nous conte l’histoire de César en commençant par la fin au sens propre comme au figuré… Héros sacrifié d’une cyber et très sexuelle aventure. Un récit qui va faire écho à tous les inscrits-(tes) sur les sites de rencontres, aux accros des sextos et aux fantasmeurs de la toile de tous poils…
Par Clémence O. Editions L’Ecarlate (18 €) en librairie et sur le site : www.harmattan.fr