Stupéfiants, confirmation des tests salivaires pour les automobilistes

addictmag-drogue-test-salivaire-addiction-cannabis La police ne crache pas sur les tests salivaires pour détecter les conducteurs sous l’emprise de stupéfiants. Avec 4% des accidents de la route liés à la consommation de drogue, le délégué interministériel de la sécurité routière vient de confirmer que les tests salivaires sur le bord de la route vont être utilisés sur les automobilistes. Une expérimentation qui va d’abord s’effectuer dans quelques départements. Dans la pratique, le test va se dérouler comme dans un épisode des « Experts », à l’aide d’un bâtonnet. Le prélèvement sera ensuite envoyé à un laboratoire pour confirmer la présence de stupéfiant.

 

 

Pas de e-cig. pour les mineurs

Addictmag-adolescents-accro-tabac-ecigarette-electroniqueL’organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient de dire non à la cigarette électronique pour les mineurs (tout comme leur utilisation dans les lieux publics fermés). Un camouflé pour les défenseurs de cette formule alternative au tabac, qui classe cette solution au même rang que la cigarette elle-même. L’organisation estime en effet, que cette e-cig. peut présenter des risques de lésion pour le cerveau des jeunes. Les données existantes montrent que l’aérosol produit par les inhalateurs électroniques de nicotine », dont les cigarettes électroniques sont le prototype le plus fréquemment utilisé, « n’est pas simplement de la +vapeur d’eau+ comme le prétendent souvent les stratégies de marketing de ces produits », explique l’OMS dans un rapport détaillant une très longue liste de recommandations aux gouvernements. Pour les experts, « l’utilisation de ces dispositifs présente un danger grave pour l’adolescent et le foetus » et « accroît l’exposition des non-fumeurs et des tiers à la nicotine et à un certain nombre de substances toxiques ». Toutes les cigarettes aux arômes et à fortiori aux alcools sont également dénoncées… Les spécialistes et médecins de l’OMS viennent de porter un rude coup aux défenseurs comme aux commerçants de la cigarette électronique.

La rehab des hélvètes

addictmag-clinique-addictionVu dans le quotidien Sud-Ouest. Nos voisins Suisses ont une marque de fabrique, sorte de marque déposée qui ferait que loin du luxe, point de salut. Qu’à cela ne tienne, les champions des banques à comptes secrets et des cliniques pour people confortent leur choix, y compris lorsqu’il est question des addictions. Ils se lancent dans les centres de soins pour accros très argentés. Comme quoi, quand on tient un filon…

Iconique Lauren

Jaddictmag-lauren-bacallusqu’au bout Lauren Bacall aura été une femme pas comme les autres. L’actrice américaine vient de s’éteindre à presque 90 ans (89 et 11 mois). Sa beauté, sa voix et son anti-conformisme en ont fait une icône du cinéma mais aussi de la femme moderne. A l’époque pour casser les codes et s’imposer comme une femme libre, il fallait fumer. Elle l’a fait. Et même en enchaînant les cigarettes, le « look » (son surnom), aura vécu jusqu’à ce bel âge de 90 ans. Elle n’aura vraiment rien fait comme les autres. R.I.P. Lauren.

Arrêter de fumer, c’est malin

Addictmag-arreter_de_fumer_c_est_malin_c1_largeVoici un post totalement orienté. Mais je l’assume entièrement (sinon je ne le dirais pas). Le livre évoqué est co-écrit (bien) par une amie (Anne Dufour), qui est aussi une journaliste talentueuse et intègre (cela devient rare). Il est préfacé par sa maman (Danièle Festy, également l’auteur de la Bible des huiles essentielles). Il est pratique (format, découpage, etc.). Il est intelligent (sans parti pris) et il n’est pas cher (6 €). Autant de bonnes (ou mauvaises) raisons de se précipiter dessus, notamment si le tabac vous pèse et que l’idée d’arrêter vous titille depuis un moment. Pour le pitch : il s’agit d’un guide qui permet de tester sa dépendance et sa motivation. De choisir la méthode adaptée (arrêt net ou diminution). D’apprvoiser les substituts potentiels (vapoter or not vapoter? patch ? médicaments ?). De profitez des coups de pouce malins (huiles essentielles, homéoathie, réflexologie…). Le tout avec un programme « stop-tabac » en 7 jours pour tenir bon à chaque instant de la journée. J’allais oublier le petit plus : vous pouvez télécharger gratuitement 10 recettes « stop-tabac » garanties sans kilo en plus ! (adresse en fin de livre).
- Arrêter de fumer c’est malin, par Anne Dufour et Catherine Dupin (Ed. Leduc’s).

Accro aux films pornos, les femmes aussi

Elles sont accros aux films pornos

addictmag-accro-film-porno-addictionSouvent considéré comme un aphrodisiaque, le film porno permet à certains couples de réveiller leur libido. Alors qu’hier les femmes juraient ne pas les regarder, elles sont de plus en plus nombreuses à avouer apprécier les parties de jambes en l’air sur petit ou grand écran. Gros plan sur celles qui aiment les gros plans !
Valérie, 34 ans, Roubaix
«La première fois que j’ai vu un porno, j’ai tout de suite aimé ça. Au départ, je pensais que j’allais être dégoûtée mais non. Lire la suite

A l’âge de 15 ans, j’ai découvert l’alcool

Addictmag-marie-de-noaille-accro-actenowCoup de projecteur sur le type de personnage que l’on adore. Un thérapeute qui sait de quoi il parle… Marie de Noailles fait partie des trois fondateurs (avec David Delapalme et Gérrard Chevalier) de la consultation « Actenow », cabinet spécialisé dans les addictions en tous genres… Un cabinet pas comme les autres, puisque les trois thérapeutes sont aussi d’anciens addicts. Et, pour les patients, cela change tout de savoir qu’ils s’adressent à une personne qualifiée, diplômée, mais aussi une personne qui comprend parfaitement leur tourment. Dans le cas de Marie de Noailles il est question d’alcool etd e drogues : « A l’âge de 15 ans, j’ai découvert l’alcool et les drogues. J’y ai pris goût et dix années de descente aux enfers ont suivi. J’avais honte… »

 

Ivresse des jeunes, + 50% d’hospitalisation

addictmag-ados-ivresse-hospitalisation-addictPas facile de s’y retrouver. D’un côté des organismes comme l’IREB qui affirment que globalement les jeunes ne boivent pas plus qu’avant. De l’autre des enquêtes et sondages alarmants qui enregistrent de terribles augmentations et notamment celle-ci (sources : Ministère de la Santé et Mutuelle des Etudiants), les hospitalisations pour ivresse ont augmenté de 50% chez les jeunes de moins de 15 ans entre 2004 et 2007. On y apprend également que 11% des jeunes de 17 ans boivent régulièrement de l’alcool et 10% des jeunes des grandes écoles boivent trois fois par semaine… Les enquêteurs et chercheurs de l’IREB seraient bien inspirés de sortir des courbes globales et des chiffres moyens calculés sur l’ensemble de l’Europe, pour aller voir sur le terrain ce qu’il se passe. Ils y découvriraient, par exemple, que les coma éthyliques ou états d’ivresse qui n’étaient réservés qu’aux grandes écoles et lycées il y encore quelques années, sont désormais fréquents au collège. Faut-il attendre que le phénomène atteigne la maternelle pour qu’il soit pris en compte ?
Si je voulais être consensuel, je dirais que, si les jeunes ne boivent pas plus qu’avant globalement, ils boivent différemment et surtout plus dangereusement. Mais, pour le coup, je ne suis pas sûr de vouloir être consensuel…

Les ados d’Europe les plus accros aux écrans sont… Français

Addictmag-ados-accros-aux-ecrans-Fantasmes-et-realites_largeLa moitié des adolescents internautes français regardent la télé tout en surfant sur le net et 47% utilisent leur téléphone mobile en étant connectés, des chiffres supérieurs à la moyenne européenne indique le cabinet Forrester. Entre 17h et 20h, 65% des adolescents français regardent la télé, 57% des vidéos ou des DVD, 77% surfent sur internet et 57% jouent sur PC, d’après l’institut d’études. La multi-activité est très développée: 50% des internautes âgés de 12 à 17 ans disent ainsi qu’il leur est déjà arrivé de regarder la télé tout en surfant sur le net, contre 45% en moyenne en Europe et seulement 28% en Italie. 52% de ces derniers discutent avec leurs amis sur le net de ce qu’ils sont en train de visionner. 47% des jeunes Français peuvent par ailleurs utiliser leur téléphone mobile alors qu’ils sont connectés à internet, contre 41% en Europe.

 

Les femmes diplômées boivent plus que les autres

addictmag-femme-alcool-diplomeL’information fait grand bruit, notamment grâce au Post.fr qui a relayé une étude anglo-saxonnne selon laquelle les femmes diplômées seraient davantage touchées par la boisson et l’alcool que les autres… Le président de la Fédération française d’addictologie y commente notamment l’étude : « J’ai l’impression de constater la même chose en France ».
« Les femmes diplômées sont plus nombreuses à boire tous les jours » que les autres. C’est la conclusion – surprenante? – d’une étude de la London School of Economics, l’une des plus prestigieuses institutions au monde pour les sciences économiques et sociales. Ces femmes diplômées sont également plus susceptibles d’avouer un problème avec l’alcool que les non-diplômées, rapporte le Telegraph, qui publie un compte-rendu de l’étude anglo-saxonne. Lire la suite

Témoignage : « J’aimerai arrêter le shit pour mes enfants »

addictmag-jaimerai-arreter-shit-enfants-L-1Les témoignages à visage découvert sont rares. Raison de plus pour remercier Barbara, 28 ans et maman de deux petits garçons, qui nous propose une vision très lucide de son addiction. En souhaitant que cette prise de conscience l’aide à réduire sa consommation.
« Voila mon témoignage ça vaut ce que ca vaut mais c’est le mien ! Je suis maman de deux garçons, fumeuse de shit quotidienne depuis dix ans. Mon papa fume, mes oncles, mes tantes enfin toute la famille fume et ça ne m’aide pas. Je suis consciente que le fait de fumer joue énormément sur ma vie dire que ça n’a pas d incidence c’est se mentir, se voiler la face, mais c’est légitime. Dur d’admettre ses faiblesses. Parfois j’ai envie de faire des choses avec mes enfants et je fumes mon ‘ptit joint’ et la motivation s’envole en… fumée. J’aime fumer mais ça ne me réussi pas j’essaie donc de diminuer considérablement ma consommation mais pas facile quand les trois quarts de mes fréquentations sont des fumeurs… Je sais, c’est pas une excuse mais c est la triste réalité. j’ai une vie active j’élève seule mes enfants, je travail dans le milieu hospitalier, je suis une femme « normale » pas une défoncée ou une dépravée, mais je suis faible face à ce fléau qui me tient et que j’aime tant malgré ses incidences sur mon quotidien. Voila le témoignage d’une femme qui prend conscience de pas mal de choses sur sa vie de fumeuse mais dire que demain j’arrête …. NON ! Très paradoxale n est ce pas ? »
Pas tant que cela Barbara, pas tant que cela…

Test : êtes-vous cyber-addict ?

Girl with notebookL’addiction à Internet, aux jeux qui y sont liés et aux écrans en général font désormais parti de notre quotidien. C’est malheureux, mais c’est ainsi, une nouvelle « maladie » de société. Et comme pour toute maladie, les médecins et spécialistes se penchent sur la question.  (il n’est pas le seul et nous vous en proposerons régulièrement). A vous de jouer, si je puis dire… Lire la suite